Baladeur numérique

Un baladeur numérique est un appareil portable de petite taille servant à restituer des musiques, et occasionnellementdes vidéos et des images stockés sous forme de fichiers informatiques, le plus souvent en utilisant un format de compression spécialisé.



Catégories :

Baladeur numérique

Recherche sur Google Images :


Source image : yoygle.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Un baladeur numérique est un appareil portable de ... informatique, qui, ... Compact, léger, pratique, le baladeur MP3 a révolutionné le monde de la musique... (source : )
Un baladeur iPod d'Apple

Un baladeur numérique est un appareil portable de petite taille servant à restituer des musiques, et occasionnellementdes vidéos et des images stockés sous forme de fichiers informatiques, le plus souvent en utilisant un format de compression spécialisé (typiquement le MP3, «baladeur MP3» étant en pratique synonyme de «baladeur numérique»).

Utilisations

Les baladeurs audio numériques peuvent restituer seulement de l'audio (musique, voix, etc. ). Ils sont couramment nommés baladeurs MP3 ou même simplement MP3, en référence au premier format de fichiers audionumériques connu du grand public, le MP3. Plus rarement, ils peuvent aussi être nommés Jukebox MP3. Le MP3 est le format le plus commun, lu par l'ensemble des baladeurs, mais il n'est pas le plus efficace pour compresser l'audio, surtout avec un très bas débit (bit rate), tout en gardant une bonne qualité d'écoute. Certains baladeurs permettent de lire les fichiers à des formats plus optimisés : les iPod d'Apple et les Walkmans de Sony lisent l'AAC, d'autres baladeurs proposant la lecture du WMA et/ou des fichiers OGG.

Les baladeurs audio numériques peuvent servir à écouter des émissions de radio (par exemple sous forme de podcasts), des livres audio et toute sorte de contenu audio numérisé, comme des exposés scientifiques ou des cours. Plusieurs contenus audio peuvent être téléchargés gratuitement sur Internet.

Les baladeurs numériques plus évolués peuvent reproduire, en plus de l'audio, d'autres types de contenus numérisés, comme les vidéos et les photos. On les sert à désigner le plus souvent sous le nom de baladeurs multimédias (ou PMP, Portable Multimedia Player en anglais) ou quelquefois toujours de baladeurs MP4. L'ensemble des "baladeurs MP4" ne sont pas compatibles avec les fichiers MP4.

Les baladeurs numériques disposent de fonctions annexes comme l'enregistrement audio (pour une utilisation comme dictaphone par exemple) ou le tuner FM (pour écouter la radio).

Les baladeurs pourvus de mémoire flash ou d'un disque dur peuvent se comporter comme des clés USB et servir de mémoire de masse (voir les autres types de mémoires de masse dans le tableau ci-contre) . Il est alors envisageable d'utiliser un baladeur numérique comme unité de sauvegarde et pour transporter des fichiers d'un ordinateur à un autre.

Composants

Le baladeur Creative muvo avec 512 Mo de mémoire flash et radio FM

Les principaux composants d'un baladeur sont :

Histoire

Le stockage musical numérique grand public apparaît en 1982, lorsque Philips et Sony commercialisent le disque compact (CD) et se partagent les royalties. Mais le mariage des deux géants est de courte durée, car au milieu des années 90, chacun veut imposer un nouveau support, qui est cette fois-ci enregistrable. Après l'échec de la cassette DAT de Sony, Philips tente de lancer le DCC, une autre cassette à bande avec son numérique (les cassettes respectant les traditions sont analogiques). Dans le même temps, Sony essaye d'imposer un nouveau support : le MiniDisc. Ce simple petit disque magnéto-optique, enfermé dans un boîtier de protection, est toujours commercialisé actuellement tandis que Philips a arrêté la commercialisation du DCC depuis quelques années.

Pour faire tenir tout autant de musique sur un MiniDisc que sur un CD classique, Sony a dû compresser le son, c'est-à-dire éliminer tout ce que l'oreille humaine ne peut entendre. Au final, on obtient un résultat particulièrement proche de la musique originale. Vendus chers, les lecteurs MiniDisc restent longtemps réservés à une «élite». En outre, les albums à ce format disparaissent particulièrement vite des étalages. Mais le coup le plus dur contre ce support de Sony est l'arrivée du MP3. Ce format audio issu de l'informatique, qui, comme le format ATRAC du MiniDisc, compresse le son, autorise des millions d'internautes d'échanger de la musique par Internet, grâce à la taille des fichiers particulièrement réduite.

Le premier baladeur à tirer parti de la technologie MP3 est commercialisé sous le nom de Mpman en Asie et sous la marque Eiger Labs aux États-Unis, en 1998. Cependant, la même année, le constructeur de matériel informatique Diamond marque les esprits avec la sortie de son Rio PMP 300. Ce modèle comporte uniquement 32 Mo de mémoire, soit à peu près 30 minutes de musique. Cependant, un connecteur permet l'ajout de 16 Mo (1/4 d'heure de musique) au moyen d'une carte flash de même type que celles des appareils photo numériques. Concurrencé par le MiniDisc, et quoique proposé à un prix inférieur, de l'ordre de 150 à 230 € (1000 à 1500 FF à l'époque), il ne réussit pas à percer auprès du grand public. Particulièrement vite, de multiples marques copient ce concept et lancent d'autres lecteurs MP3 à mémoire flash. Le principal frein à leur succès est le coût des cartes mémoire, quelquefois aussi élevé que celui des baladeurs. Il existe cependant toujours de nombreux modèles de lecteurs de ce type, pouvant embarquer plusieurs gigaoctets de musique.

Baladeur à disque dur Archos

En 1999, une société californienne, Remote Solutions, annonce, dans l'indifférence générale, la sortie du premier baladeur à disque dur. Elle est particulièrement vite concurrencée par deux autres sociétés : Creative et Archos. Les juke-box de Creative ont des dimensions identiques aux lecteurs CD portables alors que les Archos se rapprochent du gabarit des lecteurs à cassette. Ces lecteurs MP3, précurseurs, connaissent leur petit succès, principalement auprès de la communauté informatique. Malgré les tentatives de Thomson (RCA, aux USA) et de Philips, il faut, pour populariser le concept du baladeur à disque dur, attendre la venue d'un autre acteur de poids : Apple. La marque américaine lance l'iPod en 2001. Son design, sa simplicité et la notoriété de son fabricant ont énormément aidé au succès de ce baladeur ultra plat. Les premiers modèles embarquent 5 et 10 Go de musique, soit 83 à 170 heures !

Parallèlement, le lecteur CD portable connaît une de ses plus importantes évolutions, avec la naissance de baladeurs pouvant décoder les CD gravés (CD-R et CD-RW) et remplis de fichiers MP3. Philips est l'une des toutes premières grandes marques à sortir un baladeur CD-MP3, mais des marques asiatiques inconnues du grand public, comme NAPA, sont les premières à lancer leurs propres modèles. Les lecteurs de CD étant encombrants, certaines marques essayent aussi d'imposer des lecteurs-graveurs de mini-CD, de diamètre deux fois inférieur à celui d'un CD classique.

D'un autre côté, l'industrie informatique cherche désespérément à remplacer la bonne vieille disquette de 1, 44 Mo. Des sociétés comme Syquest ou Iomega connaissent un court succès, auprès des professionnels, avant d'abandonner, le grand public refusant de payer aussi cher pour des disquettes de 100 Mo ou plus. La clef USB met n'importe qui d'accord. Pratique, facile, universelle, elle sert à sauvegarder et d'échanger plusieurs dizaines, centaines ou alors milliers de Mo de données… et par conséquent plusieurs dizaines/centaines de minutes de musique ! Particulièrement vite les constructeurs font évoluer la clef USB en y ajoutant une prise casque et des touches de navigation… pour en faire un baladeur MP3 ultra-compact. Les clefs USB connaissent diverses déclinaisons, certaines n'intégrant pas la prise USB et nécessitant un câble pour les relier à l'ordinateur. Apple investit le marché avec le Shuffle, un baladeur sans écran, dont la version actuelle intègre un clip pour l'attacher aux vêtements.

Dans cette période, le téléphone mobile est pourvu d'une qualité de son et de suffisamment de mémoire pour devenir un nouveau type de baladeur. Son utilisateur, accédant à l'Internet via le même équipement, peut y charger en tout lieu un vaste choix d'écoute.

Interopérabilité et compatibilité

Si l'ensemble des baladeurs servent à écouter de la musique numérisée, et peut-être à restituer des images ou des vidéos, les dispositifs de protection et de gestion des droits (ou DRM) compliquent leur usage.

Des mesures techniques empêchent en effet les utilisateurs d'iPod de profiter de la musique protégée acquise sur d'autres services que iTunes Store, et les utilisateurs de baladeurs numériques autres que ceux d'Apple ne peuvent pas se procurer de titres sur iTunes Store.

En outre, le nombre de copies des œuvres téléchargées est limitée.

Critique des effets du volume sonore

Voir aussi

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Baladeur_num%C3%A9rique.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 06/04/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu