PlayStation Portable

La PlayStation Portable ou PSP est la première console de jeux vidéo portable de Sony, commercialisée depuis 2004. Elle marque un tournant dans l'histoire des consoles portables, car elle propose une qualité d'image...



Catégories :

Console portable - PlayStation Portable - Wi-Fi

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Homepage. PlayStation Portable (PSP) Firmware... Sony is really dropping the ball with the lack of support for this device.... (source : )
PlayStation Portable (PSP)
Psp-front.jpg

Fabricant Sony Computer Entertainment
Type Console portable
Génération Septième

Date de sortie Japon 12 décembre 2004
États-Unis Canada 24 mars 2005
Europe 1er septembre 2005
Processeur MIPS RS4000
Média UMD
Memory Stick
Service en ligne PlayStation Network
Wi-Fi (IEEE 802.11b)
Unités vendues 52, 9 millions[1]
Jeu le plus vendu GTA : Liberty City Stories (5, 9 millions)

13
Logo PSP
13
PocketStation PlayStation Portable (PSP) PSP Slim & Lite

La PlayStation Portable ou PSP est la première console de jeux vidéo portable de Sony, commercialisée depuis 2004. Elle marque un tournant dans l'histoire des consoles portables, car elle propose une qualité d'image et des capacités générales approchant celles de la PlayStation 2, une console de salon.

La PlayStation Portable sert à jouer à des jeux vidéo, de regarder des vidéos et des images, d'écouter de la musique et offre la possibilité de naviguer sur Internet. Son dispositif de connexion sans fil Wi-Fi sert à faire communiquer jusqu'à seize machines en même temps les unes avec les autres, grâce à la fonction de «mise en réseau ad hoc».

En septembre 2007, Sony lance la PSP Slim & Lite, plus fine, plus légère, et possédant plus de fonctions que la première version.

En octobre 2008, la PSP 3000 est commercialisée, et se distingue des modèles qui ont précédé par un écran perfectionné, un microphone intégré et quelques modifications esthétiques.

En octobre 2009, une quatrième version, nommée PSP Go, voit le jour et subit quelques modifications d'ordre esthétique mais aussi la disparition du lecteur UMD, qui est remplacé par une mémoire interne de 16 Go.

Présentation

La PSP est une console portable qui en plus des jeux, offre un ensemble de fonctions multimédia. La console fait ainsi office de lecteur musical et vidéo, d'afficheur d'images et de navigateur web, par le biais d'une connexion Wi-Fi.

Elle dispose d'une petite mémoire interne (mais pas pour stocker), complétée d'une carte mémoire Memory Stick Pro Duo dont les tailles peuvent fluctuer de 8 Mo à 64 Go, ceux-ci ont été vendus au lancement de la machine. Par la suite, le Giga Pack est sorti, le premier Memory Stick de 1 Go coûtait à l'époque 120 € vendu seul. Plus tard le 2 Go est commercialisé et la course au Giga est lancée : 4 puis la 8 Go apparaissent et plus tard toujours la 16 Go puis la 32 Go et en 2009 la 64 Go qui coûte aussi cher que la 1 Go lorsqu'elle est sortie. Il est alors envisageable pour l'utilisateur de stocker ses photos, vidéos, musiques et les sauvegardes des jeux auxquels il a joué.

Jeux et films sont commercialisés sous la forme de petits disques au format UMD. Finalement les films au format UMD ont été abandonnés fin 2006 faute d'avoir séduit les utilisateurs, ces derniers ayant favorisés l'achat de films au format DVD, le support étant moins cher. Par la suite Sony a vendu des packs de films DVD et UMD dans le même coffret, et ce projet marketing marqua la fin de l'UMD.

La PSP se distingue des autres consoles portables existantes par sa connectique élargie :

Le dispositif d'exploitation de la PSP a deux particularités. Dans un premier temps, il est régulièrement mis à jour par le constructeur, pour proposer de nouvelles fonctionnalités. Ainsi, l'interface a été perfectionnée au fil des mises à jour, un navigateur web a été ajouté, le logiciel pour faire marcher un appareil photo (Go! Cam, vendu scindément), ou des options plus avancées comme le support des flux RSS. Les dernières mises à jour permettent de la faire fonctionner avec la PlayStation 3. Par la suite, il est envisageable d'installer un autre dispositif d'exploitation à la place, appelé custom firmware. Quoique non supportée par le constructeur Sony, cette manipulation permet d'avoir un firmware d'apparence identique aux firmwares du constructeur et pouvant en plus exécuter des programmes réalisés par des programmeurs indépendants. Ces programmes (aussi nommés Homebrews qui veut dire «faits maison») proposent des fonctions diverses. Leur publication dépend de la bonne volonté de la communauté de développeurs amateurs. Un exemple notoire est le logiciel Mapthis! qui sert à faire fonctionner la navigation avec le récepteur GPS. Les custom firmware permettent aussi de faire fonctionner des copies de jeux (aussi nommés backups) au format ISO et CSO (les CSO sont des ISO compressés pour diminuer leurs taille), copies de jeux dont l'utilisateur se doit de posséder l'original. Il permet aussi de jouer à des jeux de Playstation 1 nommés PSX. Le kit Pandora permet le downgrade de la console et ainsi de favoriser l'installation de firmwares non officiels.

Commercialisation

Historique des modèles

C'est en 2003, lors d'une conférence de presse à New York, que SCE annonce qu'il va réaliser une console portable, la PSP, dont un prototype est exposé. La PSP définitive est annoncée à l'E3 2004. Sortie le 12 décembre 2004 sur le marché japonais puis le 24 mars 2005 en Amérique du Nord, elle est commercialisée en Europe le 1er septembre 2005. Elle est commercialisée sous la forme de plusieurs versions se distinguant par les jeux et accessoires apportés.

Une deuxième version de la console, nommée Slim & Lite, plus légère et disposant de quelques améliorations, est sortie le 5 septembre 2007 en Europe. En octobre 2008, une troisième mouture, baptisée Brite, propose un écran de meilleure qualité, affichant un plus grand nombre de couleurs et diminuant les reflets, ainsi qu'un microphone intégré, plus légère toujours que la seconde génération.

Le 2 juin 2009, SCEE officialise la PSP Go, sortie le 15 octobre 2009. Ce nouveau modèle est plus léger et de plus petite taille que les précédents, et voit son lecteur UMD disparaître au profit d'une mémoire flash interne d'une capacité de 16 Go. Elle est aussi pourvue d'un port Memory Stick Micro et d'une liaison Bluetooth. [2] Elle sert à télécharger des jeux via internet (PSS). Elle est aussi pourvue un écran coulissant.

Numéro des modèles

La PSP détient un numéro de série comparé à son modèle. Ce numéro indique aussi la région où elle est supposée être vendue. Les numéros sont :

  • PSP 1000 - Japon
  • PSP 1001 - États-Unis et Canada
  • PSP 1002 - Australie
  • PSP 1003 - Royaume-Uni
  • PSP 1004 - Europe, Moyen-Orient, et Afrique
  • PSP 1005 - Corée
  • PSP 1006 - Hong Kong
  • PSP 1007 - Taiwan
  • PSP 1008 - Russie
  • PSP 1009 - Chine
  • PSP 1010 - Mexique

La fin des numéros indiquant la région de vente sont les mêmes sur les modèles suivants dont voici les numéros de série :

Contexte de commercialisation

À l'époque de sa sortie, la PSP se trouve en concurrence avec sa consœur Nintendo DS, mais se définit par sa puissance et ses fonctions multimédia, à l'endroit où sa rivale marque son originalité dans son ergonomie (stylet, double écran) et son spectre d'applications ludiques plus large. Les deux premières années la ludothèque PSP est composée pour large partie une adaptation de jeux PS2 déjà existants, à l'endroit où la DS propose des applications originales reposant sur le dispositif de stylet, ou des tests de mémoire par exemple. Elle fait aussi face à la démocratisation d'appareils mobiles comme l'iPod d'Apple avec ses fonctions musicales et vidéo, et de multiples dérivés aux fonctions multimédia.

Caractéristiques

Aspect

L'aspect de la console est globalement semblable pour l'ensemble des versions, si on excepte quelques améliorations d'ordre esthétique. La machine comporte dix-sept boutons : deux gâchettes droite et gauche (L et R), les quatre boutons classiques des consoles Sony (Triangle, Carré, Rond, Croix), une croix directionnelle (Gauche, Droite, Haut, Bas), un bouton Home servant à revenir a l'interface utilisateur (nommée XrossMediaBar, et abrégé en XMB), trois boutons pour le réglage du son (+, - et on/off), un pour le réglage de la luminosité, et enfin un bouton Select et un pour Start. Les boutons sont répartis autour d'un écran sur la face avant de la console, à l'exception des gâchettes localisées sur la tranche haute de la machine. Sur ce même côté, on trouve aussi deux petits haut-parleurs, un joystick et quatre LED permettant de indiquer l'activité de la console, la présence d'un Memory Stick, une connexion WLAN (par un interrupteur sur la gauche) et le verrouillage des boutons, via l'interrupteur Hold/Power sur la droite. L'arrière de la console présente une batterie, protégée par un cache de la couleur de la machine, et le lecteur d'UMD. On insère les Memory Stick sur la tranche gauche de la PSP, dans une petite fente protégée par un rabat.

La console dispose de trois sorties : une pour les USB, une sortie audio, et une pour le chargeur. À partir de la version 2000, une sortie téléviseur a été incluse.

PlayStation Portable géante, pour la présentation de la console au salon Tokyo Game Show 2004

UMD

Article connexe : Universal Media Disc.
Universal Media Disc

La PSP exploite un lecteur de disque compatible avec le format Universel Media Disc que possède Sony. Ce média renferme 1.80Go en double couche de données. L'utilisation du lecteur augmente la consommation de la batterie d'environ 10%, la PSP fut ainsi critiquée pour posséder un temps de transfert de données particulièrement lent pour leurs UMD, se traduisant par des temps de chargement de plus de 2 minutes en tout pour quelques jeux. Ceci fut perfectionné avec la sortie de la nouvelle PSP connue sous le nom de PSP-Slim.

Formats supportés

Écran

LCD TFT de 11 cm (4.3") de diagonale au format 16/9

Échanges de données et connectique

Officiellement, on ne peut brancher la PSP que dans la prise USB (avec un câble adaptant d'une prise de type A vers Mini B), d'un dispositif Playstation 3 ou d'un ordinateur ayant comme dispositif d'exploitation minimum Windows 98, un dispositif Linux récent comme Ubuntu[3] ou SuSE ou même sur un Macintosh. [citation nécessaire]

La PSP est aussi accessible sur d'autres dispositifs à condition de placer les fichiers dans des répertoires spécifiques, selon leur type (la mémoire de la PSP s'est vu consacré comme média de stockage de masse).

Il n'existe aujourd'hui pas de graveur UMD pour le grand public sur le marché (Sony n'en sortira certainement jamais, puisque la PSP go a démontré que Sony ne cherche plus à l'utiliser) [Note 1].

Micrologiciels et mises à jour

Possibilités offertes par les micrologiciels

La PSP a la particularité de posséder un micrologiciel qui peut être mis à jour par l'utilisateur. Lors de sa sortie en décembre 2004, la PSP est équipée d'un micrologiciel en version 1.00, qui n'empêche pas d'exécuter librement des logiciels développés avec outils non apportés par Sony, fréquemment qualifiés de «développés maison» (homebrew). Les homebrew, actuellement beaucoup disponibles sur les sites internet de la communauté PSP, sont des logiciels donnant la possibilité la gestion de calendriers, la personnalisation de la PSP, l'organisation de documents, la navigation sur GPS, ou encore sont tout simplement de véritables jeux réalisés par des amateurs.

La possibilité d'exécuter des homebrew semble combattue par Sony. Seuls les firmwares 1.00 (sortie japonaise) et 1.50 (sortie nord-américaine) peuvent lancer des applications non-officielles. Par la suite, les programmes exécutés doivent être signés et montrer ainsi qu'ils proviennent d'outils acceptés par Sony. Pour contourner ces protections, des failles logicielles furent découvertes dans la gestion des Memory Sticks (exploits connus sous les noms SwapXploit et KXploit). Ces vulnérabilités permettaient de quand même parvenir à exécuter les homebrew.

Course aux mises à jour : entre ajouts de fonctionnalités et corrections de failles

Sony a régulièrement mis à jour le firmware de la PSP, proposant de nouvelles fonctionnalités et corrigeant des failles. Dans le même temps, les développeurs de la communauté internet PSP cherchent toujours des failles pour lancer des logiciels maison dits homebrews. La méthode aujourd'hui utilisée consiste à downgrader vers la version 1.50, puis d'installer un nouveau custom firmware plus récent et bénéficiant de la fameuse faille de sécurité décrite auparavant.

Go!Messenger

Article détaillé : Go!Messenger.

Sony a annoncé lors de la Games Convention de Leipzig, en août 2007, la sortie européenne de Go!Messenger, une nouvelle fonction permettant à la PSP de faire office de dispositif de communication sans fil. Ainsi, des millions d'utilisateurs de la PSP ont pu communiquer gratuitement les uns avec les autres grâce au chat audio et vidéo (VoIP). Développé en collaboration avec British Telecom, Go!Messenger a été disponible avec le firmware 3.90 de la console le 30 janvier 2008. Une connexion Wi-Fi, un appareil photo numérique Go!Cam et un casque PSP étaient requis pour profiter de ce service.

Cependant, en dépit des fonctionnalités de communication innovantes offertes par Go!Messenger à la communauté PSP, le service n'a pas attiré le nombre d'utilisateurs escompté. Go!Messenger a ainsi été supprimé par British Telecom et Sony Computer Entertainment le 31 mars 2009[4].

L'icône Go!Messenger, présente dans le menu RÉSEAU de la console, a été retirée lors de la mise à jour 5.50 du firmware, le 21 avril 2009.

Différentes versions

Les packs

La PSP était vendue avec divers accessoires qui sont réunis en différents packs. Le Base Pack, le Value Pack et le Giga Pack. Il existe aussi des packs comprenant un minimum d'accessoires et un jeu.

Le Base Pack est sorti le 12 décembre 2004 au Japon (sous le nom de Standard Pack) et en Europe le 22 mars 2006 pour un prix de 199, 99 . Il comprend en plus de la console, un accumulateur lithium ainsi qu'un disque UMD de démonstration. Certains magasins y rajoutent une carte Memory Stick Pro Duo de 2 ou 4Go, ce qui peut faire monter le prix jusqu'à 329, 99 . Le 1er septembre 2005 sort Value Pack le premier pack en Europe. C'est un Base Pack qui comprend aussi une housse de protection, une dragonne de maintien, des écouteurs stéréo, une carte Memory Stick Pro Duo (32Mo, 1Go, 2Go, 4Go), une chiffonnette mais aussi fréquemment un jeu. Il est commercialisé entre 229, 99 à 329, 90 . Le Giga Pack comprend les accessoires du Value Pack dont le Memory Stick est de 1Go, en y ajoutant un câble USB et un socle pour un prix de 249, 99 .

En Amérique du Nord, le pack (Daxter) est livré avec le jeu Daxter, un Memory Stick de 1 GB, et le UMD de Family Guy Freakin'Sweet Collection. Un mois plus tard, Sony sort un pack limité Blanc Céramique Star Wars édition PSP qui possédait une photo de Darth Vader au derrière de la console. Ce bundle vient avec le jeu Star Wars Battlefront : Renegade Squadron. Les deux bundles étaient vendus au prix de 199 99 . Sony sort ensuite d'autres couleurs (Rose Pink, Lavender Purple, and Felicia Blue) au Japon à la sortie de la PSP Slim and Light. Un autre bundle de durée limité sorti fut celui de "FINAL FANTASY VII 10th Anniversary" Édition sortie au Japon, avec uniquement 77 777 unités. Ce bundle incluait une PSP argent avec une photo de Final Fantasy au derrière de la PSP, avec une copie original d'une strape Final Fantasy en forme de Buster Sword. En Europe, seuls les modèles rose et argent, mais aussi deux packs en édition limitée (Les Simpson, jaune et blanc, et Spider-Man 3, rouge et noir), sont proposées à la vente.

Actuellement la console PSP 1000 n'est plus disponible à la vente mais les versions suivantes (la 2000 en Base Pack et la 3000 avec un jeu) le sont .

Développement maison

Une trousse de développement (SDK) Open Source indépendant de celui distribué par Sony aux studios de développement est rapidement apparue. Suite à différentes ingénieries inverses et recherches, ce dernier est rapidement devenu important et permet d'utiliser l'ensemble des capacités de la PSP ou presque : USB, Wi-Fi mais aussi évidemment le chipset graphique. Le développement via cette trousse s'effectue en C ou C++ avec des bibliothèques semblables ou particulièrement proches de leur équivalent Unix. Il existe aussi une version adaptée du langage de programmation Lua, appelée Lua Player et servant à programmer aisément des applications et jeux sans grandes compétences informatique.

Rapidement, de nombreux homebrews sont apparus mais aussi des émulateurs d'anciennes consoles : la NES, la Super NES, la Nintendo 64, la Game Boy, le CPS 1 et 2 ou encore l'Amstrad CPC. Pour pouvoir exécuter ces homebrews, il est indispensable d'installer un micrologiciel pouvant lancer ces homebrews, le choix se porte soit sur le firmware 1.50 soit sur un micrologiciel non officiel (ou custom firmware).

Il existe aussi deux puce PSP : l'Undiluted platinum qui donne à la PSP un second nand et la Devolution, qui elle donne accès au nand déjdésormais sur la PSP. Ces deux puces ne sont pas compatibles avec la nouvelle PSP 2000 et la 3000.

Accessoires

On trouve à la fois un ensemble de produits dérivés pour la PSP, et des accessoires (la plupart du temps connectés sur le port USB) qui étendent les fonctionnalités de la console.

GPS

Un récepteur GPS[5], se branchant sur ce port et requérant un UMD spécifique, est d'ores et déjà disponible pour le marché japonais. En France, le module GPS est enfin disponible depuis le 2 juillet 2008, via trois packs dont le prix fluctue suivant les accessoires apportés dans le pack.

Fin 2007, Sony a officialisé la sortie du récepteur GPS sur PSP en Europe avec l'annonce de la disponibilité pour début 2008 de l'UMD Go!Explore. Des accessoires inédits pour un usage automobile seront proposés. [6]

Ce dispositif est prévu pour fonctionner avec certains jeux (les prochain opus de Metal Gear et de Everybody's Golf surtout).

Au Japon, le GPS est commercialisé avec un logiciel et des cartes adaptés. Aucune information quant à la commercialisation de ce dispositif ailleurs dans le monde n'est toujours connue.

Dans le reste du monde, un homebrew appelé Mapthis! et réalisé par le développeur Deniska sert à faire fonctionner le récepteur GPS. Ce logiciel permet :

Mapthis! ne fonctionne que sur le firmware 1.50 ou sur un custom firmware.

Tuner TV

Un tuner, servant à capter une chaine d'émissions hertziennes, a été commercialisé au japon. Il se branche, comme l'appareil photo et le GPS, sur le haut de la PSP[7].

Malheureusement cet adaptateur ne sortira jamais dans le reste du monde pour des raisons techniques.

Appareil photo / Caméra numérique

Une caméra numérique (Go! Cam) particulièrement dessinée pour la PSP est disponible depuis le 16 mai 2007, accompagnée d'un logiciel appelé Go! Edit qui sert à retoucher les photos. Elle sert à prendre des photos mais également de filmer avec un objectif de 1, 3 mégapixel et d'un enregistreur audio. Pour la faire fonctionner, vous devez disposer de la version 3.00 minimum. Elle est commercialisée avec une petite boite de protection. La caméra se connecte sur le port USB de la PSP et se visse afin d'éviter un débranchement accidentel.

Enceintes

Un dispositif d'enceintes auxquelles sont intégrées un support est aussi commercialisé par Logitech. D'environ deux fois la taille de la console, la totalité a pour but de permettre de transformer la console en mini-chaîne. Elle est commercialisée avec une boite de protection, deux câbles de connexion (un petit et un long) et un câble d'alimentation. On peut aussi utiliser n'importe quel type de mini-enceintes augmentées.

Produits dérivés

Dans le commerce se trouvent surtout (liste non exhaustive)  :

Autres accessoires

Sony avait aussi prévu un clavier USB particulièrement conçu pour la PSP lors de l'annonce des spécifications de la console[8], mais à ce jour cet accessoire n'est pas commercialisé, tandis qu'un prototype était en démonstration au salon E3 en 2004, la sortie officielle du clavier a été annoncée pour mi-mai 2009. Une société indépendante, Logic3, désireuse de développer un tel accessoire, a dû abandonner son développement car Sony n'a pas voulu leur dévoiler certaines informations[9]. Il se pourrait que le fait que Sony possède un brevet portant sur un dispositif d'entrée de texte[10] ait eu une influence sur cette décision.

Notes et références

Notes :

  1. En juin 2007, Sony annonce une revue à la baisse du volume de commercialisation de ses UMD. Cela est interprété par le marché comme une volonté de ne pas étendre le format, ou alors comme un abandon progressif du support en dehors du contexte des jeux

Références :

Voir aussi

Lien externe

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/PlayStation_Portable.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 06/04/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu